SONGE MONTAGNARD

Publié le par LaurenceB

Fanal de mes pensées,

Mon regard hypnotisé,

S’accroche aux sommets.

Toujours plus soulignés et magnifiés,

Par la neige fraîchement saupoudrée.

Pour ne pas me laisser aller,

Pour ne pas lâcher prise.

 

Matin et soir mon regard se porte,

Là-bas sur les crêtes.

A la recherche de cette lumière magique,

Lueur matinale ou vespérale,

Qui éclabousse,

Ou jette le pourpre.

 

Ces monts adorés flamboient.

Spectacle mouvant,

Dans cette course perpétuelle autour de l’astre,

Jamais ne me lassent.

 

Magie du lieu, magie du jeu.

Jeu de lumière sans cesse recommencé,

Ponctuant et rythmant notre existence,

Par des cycles rassurants.

Nous inscrivant dans la continuité et la sécurité,

Apportant la sérénité et l’apaisement.

 

Dans la brume mon regard se perd,

Incité à la rêverie et à l’introspection.

Parce que les contours sont flous,

Je pars dans le songe et la réflexion.

Ces sommets m’encouragent à l’élévation et à la sagesse.

Continûment dans l’élan pour crever la voûte,

Jamais figés dans cette éternité,

Ils me permettent de me ressourcer.

 

Le plafond est bas,

Et l’angoisse m’envahit.

Mon regard sonde la masse cotonneuse,

Pour entrapercevoir la moindre courbe, le plus petit pic,

Pour échapper à l’oppression et à notre insignifiance.

Je sonde le lointain à l’affût d’une ligne,

Une trouée qui m’autorise une esquisse,

Ou encore une cime crevant cette mer bourgeonnante,

Telle une île volcanique.

De nouveau contempler les formes suggestives,

Pour me transporter dans des voyages infinis.

 

Estampes chinoises ou cartes postales,

Sommets vous êtes devenus mon opium, ma muse.

 

LaurenceB

Publié dans BABILLAGE

Commenter cet article